Pollution intérieure: une bombe à retardement

Ce sujet est curieusement assez peu évoqué et les gens (nous, moi, vous) se soucient assez peu du problème de la pollution de l’air intérieur.

C’est d’autant plus curieux que la pollution de l’air extérieur est beaucoup médiatisée. Ainsi, un organisme tel que Airparif doit paraitre familier pour bon nombre d’entre nous.

Pourtant, cette pollution intérieure est réelle et peu s’avérer plus nocive que l’air extérieur. Ainsi j’ai découvert récemment l’existence de l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, et le bilan de leurs campagnes de mesures est éloquent. On constate ainsi la présence d’une multitude de polluants avec des dosages plus ou moins forts.

Les pathologies associées peuvent être lourdes de conséquences, surtout pour les gens citadins comme moi qui passent autour de 22h sur 24h dans les environnements confinés…

D’ailleurs, je suis personnellement victime d’allergies chroniques depuis peu (nez bouché, éternuements, etc.), et ma fille aussi. De même, on entend dire que le nombre de personnes allergiques est en constante progression, et on s’empresse de désigner l’air extérieur comme le seul coupable…

Comment lutter ?

D’abord, il faut une vraie prise de conscience collective. Cela passe certainement par l’information, peut être aussi par la mise en place d’un diagnostic de pollution intérieure au même titre que les autres diagnostics déjà imposés lors de la vente ou de la mise en location d’un bien immobilier.

Ensuite, il faut veiller à éliminer ces sources de pollution – la méthode est alors adaptée au type de pollution. Par exemple, il existe des peintures écologiques (sans solvants), des isolants écologiques, etc.

De même, la prise de conscience du problème permet d’intégrer cette exigence dans le cahier des charges vis à vis des constructeurs et artisans intervenants dans vos projets.

A défaut de pouvoir éliminer ces sources de pollution, il faut ventiler régulièrement votre espace intérieur, soit en ouvrant les fenêtres, soit en ayant recours aux VMC et autres puits canadiens (cf posts précédents); ces dernières solutions étant préférables d’un point de vue performance énergétique.

3 commentaires pour Pollution intérieure: une bombe à retardement

  1. alice dit :

    Bonjour,
    C’est effrayant de savoir que nous nous empoisonnons en respirant l’air dans nos habitations…! J’ai lu un article intéressant qui décrit une solution pour éliminer tous ces polluants. J’aimerais avoir l’avis de personnes mieux informées que moi: http://www.allergieetpollution.com/actualite-allergie-pollution.html

  2. Richard dit :

    Alice,

    Un peu de sérieux svp. Oui, le TiO2 est un magnifique catalyseur… mais
    1. il ne peut détruire que ce qui passe (assez longtemps) à son contact.
    2. la destruction est souvent incomplete -> génération de composés intermédiaires (parfois plus dangereux!)
    3. le rendement (efficacité) du TiO2 n’est optimale que si ce TiO2 est exité avec une source puissante d’UVc… donc dans le cas présent… autant ne rien mettre ce serait presque pareil en terme d’efficacité.

    ps: vous travaillez pour cette firme là ?

  3. […] de l’air intérieur: la presse en parle Suite à mon article précédent, je constate que le sujet se fait plus […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :