Le poêle à bois: une énergie faussement écologique

Le poêle à bois apparaît souvent dans les solutions écologiques pour remplacer les énergies fossiles. Les chaudières à bois sont d’ailleurs subventionnées par l’état au même titre que les panneaux solaires ou les chaudières gaz à condensation, donnant droit jusqu’à 50% de crédit d’impôt depuis janvier 2006poele.

Il est vrai que ces systèmes utilisant le bois comme combustible présente une efficacité de chauffage appréciable (jusqu’à 90%) et très peu de bois suffit à produire une chaleur importante pendant une longue période. Ce sont donc des systèmes économiques, bon marché.

En revanche, ils rejètent du CO2 dans l’atmosphère. De ce point de vue, je ne vois pas le progrès pour l’environnement, surtout en ville où l’effet de concentration accentue les désagréments.

9 commentaires pour Le poêle à bois: une énergie faussement écologique

  1. godinot dit :

    non, les poeles a bois n’emmetent pas de CO2 !

    le bois absorbe du CO2 en croissance, qui est relaché en le brulant. Donc si la foret est replantée (cas de l’Europe) le bilan est nul sur le cycle.
    vous trouverez cette explication detaillée en cherchant sur internet. Toutes les politiques nationales européennes se basent sur cet argument pour developper le bois energie…

    ciao

    Sylvain, ingenieur climat -ENR

  2. ryom dit :

    Concernant le chauffage bois, je t’invite à t’informer sur le bilan carbone. En effet, les chaudières bois dégagent du CO2 mais ce n’est que le CO que le bois a emmagaziné durant sa vie. Ainsi, il ne fait que restituer le CO2 qu’il a absorber . Ce CO2 rejeté sera ensuite réabsorber par un autre arbre si tu pars du principe que tu prends ton bois dans une forêt gérée, c’est à dire que ce qui est coupé est replanté. Il n’ya donc pas de rejet de CO2 à proprement parler.
    Si tu veux faire baisser le taux de CO2 en ville, commence par ne plus prendre ta voiture (peut etre le fais tu deja).
    Cordialement

  3. greenpowerhouse dit :

    Ok, la précision mérite d’être signalée: le CO2 émis n’est pas du CO2 fossile mais du CO2 absorbé par les plantes.

    Autrement dit, vis-à-vis de la masse globale de CO2 dans l’atmosphère, le bilan est nul, contrairement aux énergies fossiles qui augmentent la masse globale de CO2.

    Mais, autrement dit encore, on ne diminue pas la masse globale de CO2. Cela pose une question: la masse actuelle de CO2 est-elle acceptable en l’etat ou faut-il la diminuer ?

    Enfin, je persiste et signe: le CO2 reste nocif à respirer, quelque soit son origine (mon organisme ne fait pas la difference). Contrairement à la campagne où ce CO2 peut-être rapidement absorbé par les plantes, en ville, celui-ci reste en suspension dans l’air, faute d’absorbeurs (arbres et plantes en tous genres) pour atteindre des concentrations très désagréables et nuisibles pour la santé.

    Donc, non merci pour le poêle à bois en ville…

  4. la bigorne dit :

    Le chauffage au bois en France est encore minoritaire et de ce fait on n’en vois pas encore les effets néfastes, mais je peux témoigner pour être allé faire faire un tour en Pologne à un endroit où la majorité des maisons étaient chauffées au charbon ou au bois que quand tout le monde le fait et bien ça fume, ça pue et ça pique les yeux…..et biomasse ou pas ça ressemble fort à de la pollution.
    Nous devrons sans doute y venir un jour, mais avec des appareils encore plus performants et un réseau de distribution du combustible ples rationalisé.
    Je souhaite en tout cas souligner à quel point les poeles à bois sont chers pour la technique qu’ils renferment…les fabricants ont trouvé , quand à eux ,un combustible parfaitement recyclable : la plume de pigeon.

  5. Chris dit :

    le seul risque majeur (pour la santé) réside dans l’utilisation de bois « souillé », (DIB par exemple) et concerne directement l’ émission de dioxines.

  6. Martin dit :

    Le CO2 n’est (heureusement) pas toxique. Ce gaz est inerte, comme l’azote qui est le principal constituant de l’athmosphère. Donc pas de soucis de ce côté. Bien sûr il ne faut confondre avec le CO (monoxyde de carbone) qui est créé en cas de mauvaise combustion, très nocif.

    Sinon, pour revenir au « bilan carbone » : si le bois ne brûle pas dans une cheminée, il finit pas tomber par terre. Et à ce moment là il est mangé par des petites bêtes qui rejette soit du méthane (effet de serre +++) soit du… CO2 !

  7. TimTom dit :

    Pas de poele à bois, pas de fioul, pas de gaz, pas de nucléaire (donc pas d’électrique, de pompes à chaleurs) … ok mais du coup on se chauffe comment ?

  8. nanoptic dit :

    En effet, le CO2 rejeté par la combustion dans un poele a bois correspond au CO2 absorbé par l’arbre lors de sa croissance, donc on parle d’énergie renouvelable.
    Quoi qu’il en soit, si on veut ne pas rejeter de CO2 dans l’atmosphère, il faut ne pas se chauffer du tout! Tous les systèmes de chauffage rejettent du CO2. La pompe à chaleur en dégage peut-être moins mais consomme de l’électricité qui elle-même a produit du CO2 lors de sa production sans compter toutes les pertes lors de son acheminement et tous les materiaux necessaires au transport de la fée electricité…

  9. Vincent Lucia dit :

    greenpowerhouse a raison sur un point : trop de poêles à bois non performants et fumants concentrés en ville sur une petite surface ça doit être terrible, surtout le matin à l’allumage des poêles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :